francois1erM le marquis de Biencourt, membre de la Société de l'Histoire de Normandie, en faisant inventorier le chartier du château d'Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), (qui appartenait, au milieu du 16ème siècle, à François du Plessis, sieur de Richelieu, qui avait épousé en secondes noces, par contrat du 31 mars 1506, Anne Le Roy, dame du Chillou, devenue, après la mort de son frère, seule héritière de Guyon Le Roy, ce qui explique la présence dans un château de Tourraine de documents relatifs à la construction du Havre de Grâce), trouva de nombreuses liasses provenant de la succession de Guyon Le Roy, seigneur du Chillou, vice-amiral de France, premier capitaine de la ville Françoise de Grâce.

Tous ces documents fixent d'une manière certaine l'époque de la fondation du Havre de Grâce, et furent donc transmis pour étude à la Société, qui nomma une commission le 05 mai 1873.

François 1er, ayant résolu de faire au lieu de Grasse, entre le Chief de Caux et Harfleur, un Havre pour tenir en seureté les navires et vaisseaux de lui et de ses subjectz navigants sur la mer Occeane, délivra, le 07 février 1517, à l'amiral Bonivet qui la transmit, le 12 février de la même année, à Guyon Le Roy, seigneur du Chillou, vice-amiral de France, une commission de commissaire général pour la construction d'un port et des fortifications destinés à le protéger, que, le 02 mars suivant, Guyon Le Roy fit planter les pieux aux lieux où devait être creusé le port, que, le 04 mars, les travaux furent adjugés et que, dès le 13 avril, ils étaient commencés.